© Raviolas©umvv
Aller manger la pasta en Italie

En passant par les Cols

Le Col Lacroix est LE passage pour aller manger en Italie. Tu l’atteindras en 2h de marche depuis la Monta ou l’Echalp. En 30 minutes de descente spectaculaire, tu atterris dans le Val Pellice, où tu découvriras un pastoralisme encore bien vivant.

Tu veilleras comme sur un trésor à la luisante salamandra Lanzaï, espèce endémique et symbolique du Viso. Si le venturi souffle au col, les murs du refuge Napoléon ou du poste de douane ruinés te feront un abri pour sortir ton thermos avant le plongeon sur la vallée. Si tu es bon marcheur, tu peux viser Pian del Re ou Pian della Regina par-delà le col de la Traversette et son tunnel (en 5 heures de marche depuis la Roche Ecroulée). Et on te propose même la voiture pour descendre à Chianale par le col Agnel… Bref. Aller manger la pasta en Italie, c’est un succulent rituel estival que tu ne manqueras pour rien au monde !


En route vers l'Italie !

Les 6 cols emblématiques

Val Susa

C’est la plus septentrionale des vallées italiennes. On y entre par les cols de Rasis ou des Thures en amont du Roux d’Abriès. On y est accueilli par une sinistre casemate mussolinienne mais aussi par un ravissant bivouac. S’ouvre alors en pente toute douce une ravissante succession d’alpages où loups, chamois et bovins cohabitent.

Val Germanasca

Rien à voir avec les Allemands ! La porte d’entrée se fait par les hameaux d’Abriès : le Roux et le col St Martin ou Valpréveyre et le col de… Valpréveyre ! Un lac vert et son refuge éponyme t’y attendent, sous l’œil aguicheur du Bric Bouchet. Après, elle plonge follement vers Perosa Argentina (encore un faux ami).

Val Pellice

C’est la vallée des « invincibles » surnom donné aux résistants vaudois. Une tradition encore solidement ancrée : la plupart des habitants y parlent toujours français ! C’est aussi la vallée qui a le plus de passages en commun avec le Queyras. Du Bric Bouchet aux Aiguilles de la Travette, tu peux entrer en Val Pellice par une dizaine de cols, dont le fameux col Lacroix !

Val Po

Faut pas avoir de pot pour louper le Po. C’est la vallée du mont Viso, une des plus emblématiques montagnes pour les Italiens. C’est aussi la source du plus grand et populaire fleuve d’Italie, le Po. C’est un peu comme si notre Loire prenait sa source au mont Blanc, imagine la criiise ! Tu peux aussi y entrer par le tunnel de la Traversette, le plus vieux tunnel des Alpes.

Val Varaita

Alors là, plus d’excuse, tu peux y aller en voiture directement depuis le Queyras en passant le col Agnel. Une vallée immense, à la fois par son kilométrage et sa richesse culturelle et… Gastronomique. Les petits malins vont s’y goinfrer et y faire quelques courses. Montagnes (Viso), paysages (Val Bellino) et activités (lac de Castello) en font une voisine de choix !

Le premier dimanche de septembre

C'est rendez-vous au sommet du Col Agnel !

Val Maira

Un véritable petit paradis occitan pour ceux qui aiment la randonnée et les activités de plein air.

Tu aimes le sauvage et les pâtes fraiches, cette vallée secrète du Piémont va te séduire à coup sûr ! Des hameaux de pierres accrochés aux flans des montagnes qui ont un tas d’histoires à raconter ; une vallée coup de cœur en somme, où le « bien vivre » est maître mot.

Goûter les saveurs franco-italiennes

Un espace à protéger de tout...

Sauf de l’amour.

De notre côté, les protections environnementales des Parc naturel régional, Réserve Naturelle et Natura 2000, associées côté italien au Parco Naturale del Monviso, se sont vu chapeauter, en 2013, par la vaste Réserve de biosphère transfrontalière de l’UNESCO. Ce n’est que la 13ème du genre sur la planète bleue.

En Queyras, en un demi-siècle de protection raisonnée et sans connaître de frontière, l’écosystème alpin s’est doucement reconstruit. Du lichen au saule nain jusqu’au grand prédateur de fin de chaîne alimentaire comme l’aigle ou le loup, en passant par les emblématiques lièvre variable ou tétra lyre, Français et Italiens soutenus par l’Europe, permettent à la nature de jouer sa féerique symphonie.

Quand tu viendras admirer cet éden, penses, toi aussi, à poser en silence ta petite pierre à cet effort collectif… En n’y laissant rien de plus que la trace de tes pas.

S’il vous prend l’envie de faire le voyage en plusieurs étapes, de nombreux refuges vous accueillent et vous font profiter de la nature transfrontalière… De l’aube jusqu’à minuit.

Rien de mieux que de découvrir les produits locaux… Sur les marchés ! Toutes les saveurs du Guillestrois et du Queyras se retrouvent d’un côté comme de l’autre de la frontière. Français, Italiens… Les nationalités n’existent plus, juste les saveurs que nous offre la nature.

Vivre d'autres sensations